Personnel soignant
Accueil > Vous et les réformes > Personnel soignant
La réforme de la gouvernance modifie-t-elle l’activité des personnels soignants ?

L’activité des personnels soignants proprement dite reste centrée sur le soin. Toutefois, la mise en œuvre de la nouvelle gouvernance dégage de nouvelle perspectives, notamment dans l’identification de filières de soins et de concertations à la fois pluridisciplinaires (entre les personnels para-médicaux) et internes avec les conseils de pôles.
Pour les personnels soignants, la réforme se décline également autour de l’adaptation des organisations de soins aux aspirations de patients et aux exigences de gestion et de qualité, avec, par exemple, le développement de l’ambulatoire, des hôpitaux de jour, des consultations pluri-disciplinaires.

De quelles manières se traduiront ces améliorations ?

La réforme va engendrer un décloisonnement des organisations actuelles. Le nouveau défi qui s’ouvre pour les responsables hospitaliers est de passer d’une logique de « service ou d’unité de soins » à une logique de « pôle d’activité ».
Les organisations de soins devront s’orienter autour de « chemins cliniques » qui concentreront l’ensemble des compétences médicales et paramédicales autour du patient.
Les équipes de soins deviendront, de fait, plus polyvalentes à l’intérieur d’un pôle. La gestion des personnels devrait s’en trouver facilitée et les équipes s’ouvriront à d’autres activités.
La réforme s’inscrit pleinement dans une démarche d’amélioration continue de la qualité. La démarche de certification v2 pilotée par la Haute Autorité en Santé (HAS) actuellement en cours dans les établissements renforce le notions de transversalité, de traçabilité des soins et d’évaluation des pratiques professionnelles.

Les bénéfices attendus de la nouvelle gouvernance résident-ils uniquement dans l’amélioration du parcours de soins ?

En développant une gestion de proximité au plus près du patient, l’organisation par pôles et la délégation de gestion participent également à l’optimisation des ressources en responsabilisant les professionnels.
Le regroupement par pôles permet aussi de mutualiser des ressources. Ce qui, couplé avec l’activité ambulatoire et programmée, doit nécessairement se traduire par une évolution des compétences sur telle ou telle fonction. Un secrétariat médical regroupé, par exemple, est beaucoup efficient et offre une meilleure permanence qu’un secrétariat éclaté entre différents services ou unités fonctionnelles. Il en va de même au niveau des budgets de remplacement en ressources humaines, ainsi que dans le domaine du bancadrage et des fonctions transversales et supports.