Directeur
Accueil > Vous et les réformes > Directeur

Quel sera désormais le rôle du Directeur ?
Hôpital 2007 modifie son rôle de façon considérable – tout en maintenant un certain nombre de ses attributions. La modification fondamentale, c’est qu’il préside désormais le conseil exécutif, composé à parité de médecins et de membres de son équipe, alors qu’il était surtout perçu jusqu’alors comme un responsable administratif entouré, très logiquement, d’une équipe d’administratifs. C’est un vrai bouleversement, qui va nécessiter de multiples partages : partage du langage et des cultures, mais aussi de l’information et de la réflexion et, bien sûr, des décisions. En ce sens, le rôle du directeur est désormais bien davantage celui de la mise en œuvre que du pilotage – ce qui nécessite bien sûr chez lui de grandes capacités d’adaptation et la capacité de faire évoluer fortement sa pratique : réussir le passage d’une gestion centralisée à un partage des décisions avec les pôles.

Que reste-t-il de ses anciennes attributions ?
Il est toujours le représentant et responsable légal de l’établissement – ce qui doit l’amener à construire ses réformes en parfait professionnel, pour éviter que sa responsabilité ne soit engagée sur des actes qu’il ne saurait maîtriser – par exemple dans le domaine des délégations de gestion. On passe ainsi d’une fonction administrative à une réelle fonction de management par objectifs et par projets, avec la mise en place des indicateurs d’évaluation et des contrôles de gestion qui font souvent défaut dans nos établissements. On peut aussi penser que l’augmentation de la mise en cause de la responsabilité pénale de l’établissement qu’il assumera directement lui donne une grande légitimité pour agir et vérifier la progression de la qualité et de la gestion des risques dans tout l’hôpital.

Quelles opportunités pour lui ?
Créer une véritable dynamique institutionnelle dans son établissement, tournée vers la modernisation de la structure, de l’offre de soins et in fine offrir aux patients le meilleur accès aux soins et les meilleurs soins.
Pour ce faire, il est naturellement indispensable qu’il s’approprie les réformes, qu’il les fasse vivre, qu’il soit également capable d’animer une politique de communication, de ressources et relations humaines sans laquelle toutes ces réformes seraient bien vaines. A ces conditions, il est en mesure de jouer un rôle pivot, tout à fait fondamental dans leur mise en œuvre.


 

> Lire l'interview d'André Gwenaël Pors, directeur du CH de Roanne